Rendez-vous vétérinaire en ligne Sevetys
La calicivirose, maladie virale chez le chat : symptômes et traitements
30 avril 2024

La calicivirose, maladie virale chez le chat : symptômes et traitements

Le calicivirose est due au virus calicivirus, et vous vous demandez peut-être ce qu’est le calicivirus chez le chat ? Pourtant vous devez probablement connaître une maladie très connue et répandue chez nos petits félins : le coryza. Eh bien, les deux sont liés puisque le calicivirus est un des agents pathogènes responsables du coryza chez les chats. Nos vétérinaires vous livrent toutes les informations à connaître sur ce virus dans cet article pour que vous soyez armés contre cette maladie très contagieuse et que vous puissiez savoir quels soins vétérinaires sont nécessaires afin de préserver au mieux le bien-être et la bonne santé de votre petit compagnon.

Chat
Prévention et Maladies du Chat
Santé et Bien-être du Chat
La calicivirose, maladie virale chez le chat : symptômes et traitements
Antoine Goll
Antoine GollDocteur vétérinaire de la clinique Charenton-le-Pont
Sommaire

    Calicivirus, calicivirose et coryza : quésaco ? 

    Afin de ne pas tout mélanger, voici les définitions de tous ces termes pour mieux vous y retrouver.

    Le Calicivirus

    Tout d’abord, le calicivirus est, comme son nom l’indique, un virus. Le préfixe « calici » vient du latin calyx qui signifie calice. Comme bien des virus, les noms leurs sont attribués selon leur apparence morphologique. Le calicivirus (ou FCV pour feline calicivirus) possède ainsi des calices à sa surface, visibles au microscope (dépressions ressemblant à des coupes). Ce virus est responsable d’une maladie chez le chat appelée calicivirose.

    La Calicivorose

    Il s’agit de la maladie que l’on appelle classiquement « coryza » chez le chat. C’est en fait un syndrome pouvant être causé par un ou plusieurs agents pathogènes associés. Dans le cas du calicivirus, ce dernier est responsable de 40 % des cas de coryza chez le chat. Cet agent pathogène est très contagieux et il existe plusieurs variant dont la virulence varie d’un virus à l’autre. Un chat peut être atteint de calicivirose sans avoir le coryza, le coryza ou rhinotrachéite virale féline est causé par un complexe d’agents pathogènes dont le calicivirus.

    Par ailleurs, le deuxième virus majoritairement rencontré dans les cas de coryza chez les chats est l’herpèsvirus félin de type 1 (FHV-1). 

    Les symptômes de la calicivirose chez le chat 

    Quel est le mode de transmission du calicivirus ? 

    Il existe 3 modes de transmission, direct, indirect et par porteurs sains :

      -

    • Contact direct, de nez à nez le plus fréquemment et aussi par sécrétions nasales, orales ou oculaires.
    • -

    • Indirecte, ce qui veut dire que les chats ne sont pas entrés en contact l’un avec l’autre, la transmission se fait par des objets contaminés comme des vêtements, des chaussures ou du matériel. La transmission peut également se faire par les urines ou les déjections d’un autre chat.
    • -

    • Certains chats ne montrent pas de symptômes de la maladie, ils sont porteurs sains. Ces chats peuvent donc transmettre le virus à d’autres chats.

    Par ailleurs, le calicivirus est très résistant dans l’environnement, ce qui facilite la transmission et rend difficile la gestion de sa propagation.

    Comment le calicivirus se transmet-il ?

    Une fois présent dans un organisme, le calicivirus va principalement s’attaquer aux cellules des muqueuses des voies respiratoires supérieures (notamment le nez et la bouche mais aussi les yeux) d’un chat atteint. Voilà pourquoi il est notamment présent dans les sécrétions du nez, des yeux et de la bouche d’un chat infecté. Il en résulte ainsi des signes cliniques respiratoires tels que les suivants : 

      -

    • Stomatite (inflammation de la muqueuse buccale : langue, palais, joues) ; 
    • -

    • Rhinite (écoulements du nez, éternuements, etc.) ; 
    • -

    • Conjonctivite (écoulements des yeux) ; 
    • -

    • Voire une pneumonie (principalement chez les chatons). 

    Des signes d’une atteinte de l’état général peuvent également être associés (fièvre, abattement, etc.). 

    Quels sont les chats les plus souvent infectés ?

    Comme tout virus, le calicivirus est présent là où il y a le plus de population. C’est pourquoi, le calicivirus est souvent présent dans les élevages félins. Les éleveurs doivent alors faire tester les parents afin de faire reproduire des parents sains. Les chatons dorment ensemble, mangent ensemble jouent, mordillent… la transmission est donc très rapide.

    Les refuges sont bien sûr les lieux dans lesquels le calicivirus est répandu puisque du fait de la surpopulation, il n’est pas toujours facile de séparer les chats.

    Enfin, cette affection touche également les chats qui sortent puisque c’est en extérieur que se rencontrent des chats vaccinés et des chats non vaccinés.

    Certains chats infectés deviennent des porteurs chroniques du virus, c’est-à-dire qu’ils le gardent sur le long terme. Les symptômes évoluent chez ces chats et la stomatite peut alors être associée à une gingivite, donnant une gingivo-stomatite chronique. Des ulcères de la bouche sont alors visibles, ce qui donne des difficultés au chat pour s’alimenter. Une perte d’appétit et à terme une perte de poids chez votre chat peuvent alors faire suite à ces signes cliniques qui ne sont pas forcément visibles si vous n’inspectez pas la bouche de votre compagnon. Le chat peut également beaucoup plus baver que la normale, on appelle cela une hypersalivation ou ptyalisme. De plus, la perte d’appétit peut également être liée à une perte d’odorat suite à un encombrement des voies respiratoires. 

    Par ailleurs, selon la virulence des souches de calicivirus, les plus virulents peuvent attaquer d’autres endroits de l’organisme et d’autres signes cliniques peuvent ainsi survenir comme des œdèmes (face et extrémités des pattes), une atteinte du foie (ictère), des troubles de la coagulation pouvant conduire à des hémorragies ou encore une atteinte de la peau (lésions ulcératives et croûteuses).  

    Malheureusement, parfois la maladie est si importante qu’elle peut causer la mort du chat atteint, il est donc très important de mettre en place toutes les mesures préventives nécessaires pour protéger votre chat de ce virus et ainsi préserver son bien-être et sa bonne santé. À savoir que les chatons sont bien plus sujets à développer des formes graves de coryza. 

    Enfin, il est à noter qu’à l’instar de plusieurs maladies, certains chats peuvent ne présenter aucun symptôme, ils sont alors asymptomatiques. Ces chats restent néanmoins porteurs du virus et peuvent le transmettre aux autres chats. 

    Notons enfin qu’un chat asymptomatique peut devenir symptomatique lorsque son immunité est affaiblie. Par exemple en cas de stress : déménagement, mise bas…

    Quel est le traitement de la calicivirose chez le chat ? 

    Dès lors que votre chat, jeune ou adulte, présente les signes cliniques évoqués ci-dessus, il est nécessaire de prendre un rendez-vous vétérinaire. Nos équipes pourront alors réaliser un examen clinique complet de votre compagnon, notamment une inspection plus poussée de la bouche et des gencives à la recherche d’ulcères.  

    Par ailleurs, nos cliniques vétérinaires disposent d’un laboratoire d’analyses vétérinaires permettant de réaliser des analyses complémentaires (comme des tests PCR ou encore des écouvillonnages) afin de confirmer un diagnostic de calicivirose voire faire des analyses sanguines pour évaluer de potentielles atteintes systémiques dans les cas graves.  

    Il n’existe à ce jour malheureusement pas de traitement spécialisé contre cette maladie, seule la prévention reste une protection efficace. Néanmoins, des soins vétérinaires sont nécessaires (nettoyage avec une solution physiologique des yeux, du nez, etc.) voire une hospitalisation dans les cas les plus importants pour mettre le chat sous perfusion afin d’assurer sa bonne hydratation et, selon le cas, faire ce que l’on appelle des nébulisations (soit des inhalations) ou encore réalimenter le chat au moyen d’une sonde alimentaire. De plus, l’administration d’antidouleurs, notamment pour contrer la douleur liée aux ulcères, d’anti-inflammatoires ainsi que d’antibiotiques peut être indiquée pour éviter les infections bactériennes secondaires. 

    Dans la plupart des cas, le chat peut se rétablir, surtout s’il vit seul. En revanche, dans les foyers où vivent plusieurs chats, le virus peut circuler plus longtemps.

    Comment prévenir le calicivirus chez mon chat ?

    Vous l’aurez compris, la seule prévention nécessaire pour éviter la calicivirose, et le coryza de manière générale, reste la vaccination vétérinaire. Cet acte rentre dans le cadre de la médecine préventive vétérinaire.  

    Comme nous vous l’indiquions précédemment, les chatons sont particulièrement sensibles au calicivirus. Ainsi, pour éviter l’apparition de formes graves et chroniques, il est recommandé de respecter les recommandations vaccinales vétérinaires afin de garantir une protection pour la bonne santé de votre compagnon mais aussi pour protéger ses congénères, d’autant plus si votre chat sort et est susceptible de rencontrer d’autres chats.  

    La vaccination contre le calicivirus fait partie des vaccinations recommandées et ce pour tous les chats quel que soit leur mode de vie du fait de la grande contagiosité du virus et des différents modes de contamination possibles. Un chat vacciné contre le coryza sera donc protégé à la fois contre le calicivirus et contre l’herpèsvirus. Il est néanmoins nécessaire d’avoir en tête que cette vaccination ne permet pas de protéger les chats contre la maladie mais bien de réduire considérablement les symptômes en cas d’atteinte et de diminuer l’excrétion virale.  

    Un chat vacciné peut ainsi, dans certains cas, présenter tout de même des signes cliniques en cas de contact avec le virus mais ces derniers seront bien moins graves que dans le cas où le chat ne serait pas vacciné. Ces vaccins sont disponibles dès l’âge de 6 à 8 semaines chez les chatons et le protocole sera à adapter selon plusieurs paramètres. N’hésitez pas à contacter une de nos cliniques vétérinaires pour plus d’informations et pour que nos vétérinaires puissent établir un protocole sur mesure pour votre petit félin afin de préserver au mieux sa bonne santé et son bien-être et ce tout au long de sa vie.

    Questions fréquentes

    Pas d’inquiétude, la calicivirose du chat n’est pas contagieuse pour l’humain ! Cependant, il se propage rapidement entre les félins. C’est pourquoi un suivi vaccinal est nécessaire et si vous constatez des symptômes chez votre compagnon, n’attendez pas et contactez votre vétérinaire pour qu’il lui prodigue les soins nécessaires.

    Nombreux sont les symptômes de la calicivirose chez le chat : • Ulcères buccaux • Hypersalivation • Conjonctivite • Éternuements • Rhinite (avec écoulement nasal) • Fièvre • Léthargie • Perte d’appétit

    Ce virus se transmet de 3 façons : par contact direct (sécrétions nasales, orales ou oculaires), par contact indirect (objets contaminés ou par les urines / déjections d’un autre chat) et par porteurs sains (ces chats n’ont pas de symptômes mais transmettent le virus à d’autres chats).

    Articles similaires

    Vaccins chez le chat
    Vaccins chez le chat : nos conseils vétérinaires pour le protéger

    La vaccination est un acte qui peut paraître anodin mais qui a toute son importance. En effet, tenir à jour les vaccins de votre chat est essentiel pour le maintenir en bonne santé et le protéger contre des maladies infectieuses potentiellement graves. Ainsi, la vaccination joue un rôle essentiel dans le bien-être de votre chat et l’augmentation de son espérance de vie. Découvrez les conseils de nos vétérinaires. ,,

    Hypersalivation chez le chat
    L’hypersalivation chez le chat : qu’est-ce que c’est et quelles sont les causes ?

    Les propriétaires de chats constatent parfois que leur chat bave, on parle alors d’hypersalivation, d’hypersialorrhée ou encore de ptyalisme. Cette hypersalivation peut être présente dans des contextes divers et variés : excitation, stress, affection, intoxication… Nos vétérinaires font le point dans cet article et vous livrent quelques conseils. Bien sûr, si votre chat bave et que vous souhaitez le faire examiner, n’hésitez pas à prendre rendez-vous dans l’une de nos cliniques vétérinaires

    La gingivite du chat
    Gingivite chez le chat : comment prévenir et soigner cette maladie dentaire ?

    Vous remarquez que votre chat a des difficultés à manger ces derniers temps ? Il mange moins, mange d’un seul côté de la bouche ou laisse des petits morceaux de croquettes à côté de la gamelle ? Vous constatez que ses gencives sont rouges ? Il s’agit probablement d’une maladie bucco-dentaire appelée gingivite.  ,,Nombreux sont les propriétaires de félins à avoir déjà observé des signes de gingivite sans forcément savoir de quoi il s’agissait, c’est pourtant une maladie assez fréquente chez le chat. Cette affection n’est pas à prendre à la légère car ses conséquences peuvent être graves si cette maladie poursuit son évolution. Rassurez-vous, afin de savoir comment agir, quels soins vétérinaires prodiguer et quoi faire en prévention, nos vétérinaires vous expliquent tout dans cet article. Vous pourrez ainsi contribuer à la bonne hygiène bucco-dentaire de votre petit félin pour lui assurer une bonne santé et favoriser son bien-être au quotidien ! 

    Dentition du chat
    Dentition du chat : tout savoir sur les dents de votre chat 

    Vous vous posez des questions concernant les dents de votre chaton ou de votre chat ? Vous avez besoin de conseils concernant l’hygiène bucco-dentaire ? ,,Vous avez raison car prendre soin des dents de votre chat est essentiel pour favoriser sa santé et pour son bien-être au quotidien. Nos vétérinaires vous expliquent dans cet article ce que vous devez savoir pour préserver l’hygiène bucco-dentaire de votre petit félin. 

    Accidents domestiques chien et chat
    Attention aux accidents domestiques chez le chien ou le chat

    La maison peut être une source de dangers pour les chiens et les chats. Aussi, il est important de faire le point sur les différents risques, pièce par pièce afin de prévenir de potentiels incidents à la maison. Nos vétérinaires Sevetys vous listent les accidents domestiques les plus fréquents auxquels faire attention et vous expliquent les blessures et maladies qu’ils peuvent occasionner chez votre compagnon.,

    La piroplasmose chez le chat
    La piroplasmose chez le chat : prévention et traitements de cette maladie

    Les propriétaires canins ont probablement déjà entendu parler de la piroplasmose, cette maladie qui est transmise par les tiques, mais saviez-vous que la piroplasmose existe aussi chez le chat, bien que moins fréquente. Pas de panique, nos vétérinaires vous expliquent tout dans cet article : différences entre la piroplasmose canine et féline, soins vétérinaires à apporter, traitements mais aussi mesures de prévention pour garder votre chat en bonne santé. Vous pouvez bien sûr prendre un rendez-vous chez votre vétérinaire pour savoir si votre chat est un animal à risque en fonction de son mode de vie.

    Soin chat en automne
    Bien-être et santé, nos conseils pour prendre soin de son chat en automne

    L’arrivée de l’automne est synonyme de changement de saison et de baisse des températures extérieures. Vous vous demandez ainsi peut-être comment vous pouvez prendre soin de votre petit compagnon pour préserver son bien-être et sa santé à l’approche de cette période de l’année ? Nous vous invitons à découvrir les astuces de nos vétérinaires pour vous aider à satisfaire pleinement les besoins de votre chat en automne.

    La cataracte chez le chat
    Cataracte chez le chat : quels sont les symptômes et traitements ?

    L’une des maladies oculaires dites « de vieillesse » des chats est la cataracte. Cette maladie touche tant les humains que les chiens ou encore certains nacs. Nos vétérinaires vous expliquent quels sont les signes qui doivent vous alerter afin de prodiguer des soins vétérinaires à votre félin de façon précoce. Les causes sont également abordées dans cet article afin de vous donner les clés pour faire de la prévention. 

    Le typhus chez le chat
    Le typhus chez le chat : tout savoir sur cette maladie contagieuse

    Parmi les maladies félines, l’une des plus connues est le typhus puisqu’elle est contagieuse et peut entraîner des graves séquelles. Nos vétérinaires vous expliquent en détails cette affection : les causes, les modes de transmission, les symptômes et les traitements. Bien sûr, si vous avez le moindre doute concernant des signes anormaux que présente votre chat, nous vous recommandons de prendre rendez-vous en clinique vétérinaire.

    La cécité chez le chat
    Chat aveugle : symptômes, causes et comment l’aider au quotidien  

    Les chats sont connus pour avoir une excellente vue. Cependant, il arrive que les félins perdent l’usage d’un œil ou de la vue. Il est alors important de reconnaître les premiers signes de cécité et d’aménager l’environnement de votre chat afin de faire attention à son bien-être. Nos vétérinaires vous livrent leurs conseils pour accompagner votre chat dès les premiers symptômes de cécité. ,